L'incompressible complexité du réel et la construction évolutive du simple

TitleL'incompressible complexité du réel et la construction évolutive du simple
Publication TypeConference Paper
Year of Publication2014
AuthorsLongo G, Montévil M, Pocheville A, Berthoz A, Petit J-L
Conference NameAutour de la Simplexité
PublisherOdile Jacob
Abstract

1. En parcourant un fil conducteur de l’évolution darwinienne, on trouve çà et là la formation du simple, comme résultat de la complexité des trajectoires évolutives : par exemple, la variété, la richesse, la complexité des Bauplan de la faune de Burgess et Ediacara (Gould, 1989) s’est transformée en la « simplicité » des Bauplan qui suivront, et de l’activité qu’ils rendent possible. Tout en prolongeant l’évolution des espèces, l’évolution de l’homme, jusqu’à son histoire, paraît aussi fournir, çà et là, des éléments de cette simplification qui choisit, transforme, organise l’action dans le monde, dont nous parlerons. On pourrait alors donner un sens historique à la notion de simplexité dans (Berthoz, 2009) : – c’est le simple qui résulte d’une histoire complexe, – du simple qui n’est jamais élémentaire (atomique, irréductible).
2. En physique, cette histoire peut être remplacée par une dynamique de modèles mathématiques qui aide à passer d’un système d’interactions locales, très complexe, à une situation globale, relativement plus simple, limite de la dynamique considérée. Ces dynamiques permettent de traiter les transitions critiques. Dans ce cas aussi, mais de façon fortement mathématisée, l’intégration globale de réseaux localement intelligibles, mais trop riches pour être saisis comme un tout, peut proposer un autre exemple de simplexité, plus technique, un exemple qui trouve son sens à la limite asymptotique. Les méthodes de renormalisation, auxquelles nous ferons informellement référence, en donnent un aperçu de grande puissance physico-mathématique. Nous considérons le passage de l’analyse mathématique de la criticité physique à l’analyse du biologique, en tant que situation critique étendue, une transition conceptuelle possible de la théorisation physique à celle de l’état vivant de la matière.